NÎMES Pamela Anderson vient en porte-parole de luxe des anticorridas

pamela-anderson-nimes_6782.jpg

Elle était déjà venue il y a plusieurs mois pour une photo devant la statue de Nimeño II, devenant de ce fait un soutien de poids de l'Alliance Anticorrida de Claire Starozinski. Un coup médiatique qui avait fait parler, et qui a donc donné des idées aux militants anticorrida.

Ainsi, Pamela Anderson est revenue à Nîmes, cette fois pour remettre en mains propres au maire Jean-Paul Fournier une pétition contre les corridas dans les arènes de Nîmes qui a rassemblé près de 600 000 signatures. "Je viens pour être la porte-parole de ces près de 600 000 personnes qui ont signé la pétition, ce n'est pas normal qu'un pays civilisé on continue à tuer des animaux de cette manière", affirme la star avant d'estimer que "de plus en plus de personnes sont contre la corrida, nous y sommes presque." 

pamela-anderson-nimes_6771.jpg

Sans surprise, l'accueil en mairie a été plutôt froid, seules Pamela Anderson et Claire Starozinski parvenant à pénétrer dans l'hôtel de ville, les autres personnes présentes — dont l'avocat de l'Alliance Anticorrida et la presse, s'étant fait refouler par un policier municipal. "Une fois en haut la secrétaire de mairie et le directeur de la communication nous ont sèchement dit que nous ne serions pas reçues, s'étrangle Claire Starozinski au sortir de l'hôtel de ville. Nous lui avons répondu que nous avions le droit de voir le maire, et on nous a rétorqué que le maire avait le droit de na pas voir ses concitoyens. C'est un déni de démocratie."Reste que "nous avons pu montrer que près de 600 000 personnes sont contre les corridas à Nîmes", se félicite tout de même la militante.

 www.anticorrida.org