Danse avec les stars : Le public va découvrir la vraie Pamela Anderson

Nous avons rencontré l’actrice canado-américaine Pamela Anderson à la veille de ses débuts dans «Danse avec les stars», dont la saison 9 démarre ce samedi à 21 heures sur TF1.

Pour la première fois depuis son lancement, en 2011, le parquet de « Danse avec les stars » accueille une célébrité internationale : Pamela Anderson. A la veille de cette 9e saison du concours de danse qui démarre ce samedi à 21 heures sur TF1, l’actrice canadienne, popularisée par « Alerte à Malibu », s’est confiée sur ce nouveau défi et sa vie personnelle.

Comment vous sentez-vous à la veille de cette première émission?

PAMELA ANDERSON. Bien. Je me suis blessée à la cuisse (NDLR : déchirement de l’ischio-jambier) dès le premier jour d’entraînement, il y a trois semaines. Depuis, tous les jours j’enchaîne les répétitions, les séances de kiné et de cryothérapie. Mais je me sens beaucoup mieux et j’y crois.

Vous avez déjà participé à «Danse avec les stars» aux Etats-Unis, deux fois, et en Argentine. Pourquoi cette nouvelle participation?

Les premières fois, je ne me suis pas donnée à fond. En France, je démarre un nouveau chapitre de ma vie. Dans ma tête, je suis une artiste, une danseuse, une peintre, une poète. C’est quand je suis dans un musée ou quand je lis un livre que je me sens vraiment moi-même. Avec la danse, je sens que je peux me révéler. Mais je n’ai jamais pris de cours étant plus jeune, je n’ai jamais été une athlète, je ne suis pas une compétitrice. Mes fils (NDLR : Brandon, 22 ans, et Dylan, 20 ans, nés de son union avec le musicien Tommy Lee) me disent d’être plus affirmée, de viser la victoire.

Vous venez donc pour gagner?

J’ai envie de danser le plus possible et si ça me mène à la victoire, c’est tant mieux. Mon petit ami (NDLR : le footballeur de l’OM Adil Rami)vient de gagner la Coupe du monde, donc j’ai un peu la pression à la maison. Mais gagner quelque chose, ce n’est rien comparé à l’amour ou à la famille. Je suis une romantique. Pour le moment, le public français ne me connaît pas.

Vous êtes tout de même connue en France!

Je pense que les gens me voient comme un personnage de dessin animé. Ils ne connaissent pas la vraie Pamela. Là, ils vont découvrir la femme travailleuse, déterminée.

Qui craignez-vous le plus parmi les autres candidats?

Basile Boli est celui qui me fait le plus peur. Il est tellement amusant à regarder et il a ce sourire ravageur. C’est l’homme à battre.

Pourquoi avoir choisi de vous installer en France?

J’ai toujours eu envie de vivre dans votre pays. J’attendais seulement que mes enfants deviennent adultes et aient leur vie à eux. Maintenant, j’essaie d’apprendre le français en le parlant le plus possible avec mes amis et dans « Danse avec les stars ». Et le soir quand on regarde des films avec Adil, j’insiste pour qu’on les regarde en français.

Qu’est-ce qui vous fait avancer au quotidien?

J’ai beaucoup de soutien. Je suis très proche de mes enfants, même s’ils sont loin. Adil aussi est très présent. Il va essayer d’être là au premier prime. Il vient à Paris tous les soirs passer la nuit avec moi et repart chaque matin à Marseille pour s’entraîner. Il ne joue pas en ce moment, parce qu’il s’est blessé pendant un match au même endroit que moi ! Nous avons une vraie connexion.

On a surtout en tête une image de vous avec votre maillot de bain rouge dans la série «Alerte Malibu». Ça vous agace?

Non pas du tout. Je pense que c’est une bonne image. C’était une série assez innocente et positive. Nous, les acteurs, on ne le voyait pas comme quelque chose de sexy, mais mignon.

Etre cataloguée comme une femme sexy, ça vous a fermé des portes?

Je ne pense pas. Ce sont plus mes amitiés avec des activistes qui dérangent ! Je suis impliquée dans la défense de la cause animale, de l’environnement mais aussi la liberté d’expression, etc. Je suis amie avec Julian Assange et ça, ça ne plaît pas à Hollywood. Mais moi, ça me va, parce qu’en réalité, je n’ai jamais vraiment voulu être actrice. Je voulais simplement gagner ma vie en étant créative et en aidant les animaux.

Début 2016, vous étiez intervenue à l’Assemblée Nationale en France pour dénoncer le gavage des oies. Vous aviez alors été critiquée par plusieurs députés qui remettaient en cause votre légitimité sur le sujet…

Je parle dans le monde entier sur les sujets qui me tiennent à cœur. Si on critique ma personne, qu’on ne me prend pas au sérieux, ce n’est pas grave, ce qui est important c’est que le message soit entendu.

Vous êtes vegan depuis combien de temps?

Vingt ans, à des degrés divers. Je dis souvent que je suis une mauvaise élève parce que, oui, il m’arrive de commander un cappuccino et de ne réaliser qu’après coup que c’est du lait de vache et que j’ai oublié de demander du lait d’amandes… Oups, désolée ! Et j’ai de vieilles chaussures en cuir, même si je n’en achète plus. Chacun fait ce qu’il peut. C’est plus efficace d’être un peu diplomatique plutôt que d’avoir une attitude dictatoriale pour inciter les gens à changer.

On vous a vue en 2016 dans le clip de la chanson «Le Lac» de Julien Doré. Comment cela s’est fait?

C’est lui qui m’a contactée via des amis communs. Cette chanson parlait de la nature et m’a plu. Julien Doré est une belle personne, qui a les pieds sur terre.

Vous avez déclaré par le passé que vous rêviez de jouer dans un film de Jean-Luc Godard. C’est toujours le cas?

Bien sûr ! Mes films préférés sont français. J’aime tous les films de Godard, de la Nouvelle vague en général. J’aime aussi beaucoup la musique française. C’était mon destin de me retrouver ici.

Quelle musique française écoutez-vous?

J’ai longtemps écouté Brigitte Bardot, Jeanne Moreau, Yves Montand, dont j’adore la voix. Récemment j’ai découvert Dalida et j’aime aussi le rappeur Soprano, qu’Adil écoute beaucoup ! J’aime tous les genres de musique, j’ai moi-même joué du saxophone et de l’accordéon quand j’étais petite.

Vous venez de tourner dans le film «Nicky Larson» de Philippe Lacheau, le réalisateur de «Baby-sitting» ou «Alibi.com», c’était comment?

Fantastique ! Je parle français dans le film et comme c’est une comédie, c’était parfait ! Je me suis beaucoup amusée. J’ai vraiment envie de travailler davantage en France.

via www.leparisien.fr , www.tf1.fr/tf1/danse-avec-les-stars